Micro-industries urbaines- Sujet d'études

Prix du meilleur diplôme - Ensam 2013

 

Associer un questionnement économique à une problématique
urbaine ou comment imaginer une mutation plausible et singulière d'un quartier générique de grands ensembles.

 

 

Localisation : Quartier de la paillade, Montpellier (34)

Maitre d'ouvrage :

Statut : Sujet d'étude

Une ville modèle à quelques kilomètres du centre de Montpellier...

De l'utopie à la réalité

Image et identité

Les rares marqueurs positifs, comme le marché au puces, ne font pas le poids face à la réputation sulfureuse de la Paillade.

La démolition, négation d'une partie de l'histoire personnelle est une expérience traumatisante pour beaucoup d'habitants.

Indicateurs sociaux

 

Une situation générique

 

Des îlots de grande dimension entièrement grillagés favorisant le sentiment d'insécurité

Une typologie de barres à l'agencement arbitraire

L'essentiel de l'espace au sol est dédié au stationnement de véhicules

Les espaces sont délimités par un grillage qui constitue ainsi les limites de la rue..

On se rend compte que le problème se cristallise au niveau du sol.

Le RDC est soit occupé par des garages aveugles, soit par des logements barricadés.

En ne requalifiant pas la destination de ce niveau, les rénovations échouent.

Les dégradations reprennent à partir du sol.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces opérations de résidentialisation-banalisation ont peu d'efficacité.

Les zones d'activités et de bureaux fonctionnent en autonomie et n'ont pas réussi à désenclaver le quartier.

 

 

 

 

 

le projet Pierres-vives de Zaha Hadid offre une respiration aux habitants de la paillade, mais les Montpelliérains qui se rendent au bâtiment des archives s'arrêtent prudemment aux frontières du quartier.

 

La rue comme outil de partition

 

La requalification passe inévitablement par une restitution de l'usage du sol aux habitants du quartier et de la ville.

La rue, figure rassurante et lieu d'échanges privilégié, est l'outil le plus adapté pour redécouper ces grands espaces aux limites imprécises.

Ces espaces entre les bâtiments sont pour l'instant des parkings et des parcs peu pratiqués.

 

Les voitures au second plan

 

Le point crucial du projet est de régler le problème du stationnement.

Pourquoi ne pas empiler les voitures et restituer le niveau noble du sol aux habitants ?

 

Deux problématiques potentiellement complémentaires

 

Les problèmes de ce types de quartiers ne sont pas uniquement d'ordre architectural.

La proposition se doit donc de croisre les dimensions sociale, économique et urbanistique.

 

Ateliers

 

Les ateliers, lieux à la fois de vente, de production, de sociabilité et de contact avec la clientèle monopolisent et requalifient l'espace au sol et les rez-de-chaussée.

La masse du dispositif est un facteur important de l'attractivité de ce pôle de services et de sa visibilité à l'échelle de la ville.

 

Des foyers de production et de créativité flexibles

 

 

 

Existant

 

 

Ascenseur low-tech et parking compact

 

 

Domesticité et contrôle des ambiances

 

Sur le noyau se greffent des dispositifs architecturaux évolutifs: Les boîtes en périphérie des plateaux de stationnement constituent des prolongements polyvalents du logement. Elles constituent également un avant plan visuel entre le logement et le parking.

La canopée coiffant le parking contribue, avec la végétation, au contrôle des ambiances climatique et lumineuse. Elle peut recevoir des élémnets de couverture en polycarbonate, affirmant la vocation évolutive de ces places de stationnement.

 

 

Compression des espaces et intensification des usages.

 

 

Ateliers

Les ateliers occupent la moitié extérieure du RDC. Ils se prolongent par des espaces de travail, de stationnement ou d'accueil des clients.

Les plots fabriqués à pertir des voiles béton détruits permettent le le contrôle du stationnement.

Les auvents organisent une mise en scène du travail qui participe de l'animation de la rue.

 

 

Terrasses

Des terrasses confortables offrent une respiration bienvenue à des logement accueillant souvent des familles nombreuses.

 

 

Exploitation des toitures

A l'aplomb des voiles porteurs, des paires d'IPN deviennent le support de bacs potagers. Economique, ce principe permet de moduler la surface cultivable. 

Les armoires basses de rangement font office de garde-corps et accueillent les points d'eau.

Espace de sociabilité, le potager sur le toit à quelques mètres de la cuisine de chacun, présente un réel économique et social.

 

 

Enrichissement des parcours et taille perçue

 

 

 

Centre de formation et place des métiers

 

 

 

Un projet qui s'appuye sur l'avenue de l'Europe

 

 

 

Ouverture toiture, beaux-arts Montpellier, faubourgs, alternative à la tropézienne, rénovation en secteur sauvegardé avec avis architecte des bâtiments de France ABF, Cœur de ville. Rénover ancien, logement avec terrasse, espace extérieur valorisé, comble valorisé, valorisation des combles, ouverture en centre ancien.

Rénovation de maison, construction de maison individuelle, architecture Montpellier beaux-arts, DP, architectes Pérols, Laboratoire Architectures et Paysage, architecte Montpellier, architecture rénovation, maison pas cher, architecte Rennes, maison dolivet, maison bois brulé Rennes, maison paille bois terre Brenne , architecte Mauguio, architecte Lattes, Architecture Pérols, Urbanisme Pérols Mauguio, Architecte Carnon Palavas Villeneuve les Maguelones, problématique architecture, valorisation, terrasses pluggées, balcons rapportés, rénovation barre d'immeuble, bureau rénovation haussmann, architecture rénovation bureaux, bordeaux agora toits, habiter les toits, rénovation maison phoenix, rénovation maison phenix, micropole rennes, rennes ville archipel, rennes ceinture verte, architendance, maison en bois, bois brut, bardage bois brut, charly, architecte charly andilly, rénovation salle de yoga, rénovation aubes, extension aubes.